Bercer, bercer d’illusions
Bercer, bercer de chansons
Bercer tous les gens
Qui roulent à vive allure
Dans le flot oppressant
Du serpent des voitures
Bercer les passants
Qui ont sur la figure
Du lever u couchant
Les traces d’une vie dure
Bercer les parents
Qui oublient de dormir
Pendant des mois durant
Pour bercer et nourrir
Bercer les enfants
Qui ont dans leur sourire
La force du présent
Pour changer l’avenir
Tout le monde s’exerce
A cacher cette faiblesse
On se disperse
Mais tout le monde rêve qu’on le berce
Bercer les adolescents
Qui gravent sur les murs
Les signes dérangeants
De la peur du futur
Bercer tendrement
Pour panser les blessures
Nous soulager un temps
Du poids de nos armures
Bercer les mourants
Juste avant de partir
Qu’ils voient en s’en allant
Leurs plus beaux souvenirs
Bercer tendrement
Pour donner du plaisir
Nous soulager un temps
De ce qui fait souffrir
Bercer